COLLIOURE

Balade pittoresque dans le quartier du Mouré à Collioure

Balade pittoresque dans le quartier du Mouré à Collioure

Dominant le rivage, les plus jolies rues de Collioure forment une palette de couleurs. Le quartier du Mouré est un voyage à lui seul, au cœur d’une Méditerranée chatoyante.

Au-dessus de Notre Dame des Anges

Destination immanquable sur la Côte VermeilleCollioure constitue une halte parfaite entre Perpignan et l’Espagne. Dans un paysage de rêve, les Pyrénées se jettent dans la Méditerranée.

Les atouts incontournables de la petite ville catalane se situent sur son rivage : Notre Dame des Anges, sa fameuse église les pieds dans l’eau dont le clocher est aussi un phare ; le Château Royal, bâtiment spectaculaire qui protège la cité ; ou encore le petit port avec ses barques traditionnelles.

Prenez de la hauteur pour admirer le panorama en arpentant les ruelles de la colline qui domine l’église. Les touristes se font plus rares, l’atmosphère est calme et authentique, la vue superbe. Bienvenue dans le quartier du Mouré !

D’anciennes maisons de pêcheurs

Dans ce dédale de petites rues pavées et fleuries, les couleurs se succèdent. Volets, portes, gouttières, barreaux, façades entières… les tons vifs rivalisent avec le bleu du ciel.

Cette tradition colorée date de l’époque, entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, où les pêcheurs s’installèrent dans cette partie de la ville. Ils utilisèrent alors le surplus de peinture destiné à leurs grandes barques catalanes pour recouvrir les huisseries. Les fiers tons bariolés du port se déclinent depuis dans la ville.

Le mouvement pictural du Fauvisme

Durant l’été 1905, les peintres Henri Matisse et André Derain séjournent à Collioure. Ils sont conquis par le charme de la cité, son cadre exceptionnel, la lumière de la Côte Vermeille et bien sûr par les couleurs pures qui s’offrent à leurs yeux. De là naît le mouvement artistique appelé « Fauvisme », et Collioure devient une destination de choix pour les peintres : Picasso, Braque, ou encore Dufy, Chagall et Foujita s’y rendent.

Flâner dans le quartier du Mouré, c’est se promener dans leurs palettes en profitant d’une vue splendide sur la côte.

Dans les pas de Matisse et Derain à Collioure

Dans les pas de Matisse et Derain à Collioure
Vue sur le clocher de Collioure, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

À Collioure, merveilleux petit port catalan de la Côte Vermeille, le parcours du fauvisme nous fait découvrir les deux grands maitres de la couleur, Henri Matisse(1869-1954) et André Derain (1880-1954).

Ces 19 reproductions de tableaux forment un circuit original, car elles sont disposées à l’endroit même où les maîtres ont peint leurs œuvres. D’un regard, nous pouvons ainsi saisir le modèle et la création.

Un musée à ciel ouvert

En visite libre ou guidée, joignant les douceurs d’une promenade et la compréhension d’un grand mouvement artistique, nous marchons sous un ciel bleu bercé d’air marin, dans les pas des peintres. L’aventure commence sur le port, devant Le panneau 1,  « Vie de Collioure, l’église été 1905 » (Matisse). Elle nous conduira à travers les ruelles fleuries et labyrinthiques jusqu’au sommet de la ville, dans le haut quartier du Mouré, en passant le long de l’enceinte du château royal et par les faubourgs.

Le panneau 5, « Porte-fenêtre à Collioure » (Matisse), frôle l’abstraction, avec ciel et mer d’un seul fond bleu uni et ses verticales crèmes, les volets. « Collioure, le village et la mer » (Derain), flamboiement de couleurs de toits, de la mer et de la montagne, fera dire à l’auteur : «  Je me suis laissé aller à la couleur pour la couleur. J’ai perdu mes anciennes qualités ». Nous ne pouvons qu’apprécier ses nouvelles qualités…
Prévoyez environ 1 h 30 pour l’ensemble du parcours. Visite guidée : départ pour 5 personnes.

Naissance des fauves

On peut dater ce triomphe de la couleur. 1905, au Grand-Palais à Paris, la salle n° 7 expose « La fenêtre ouverte à Collioure », « La femme au chapeau » (Matisse), et « Le séchage de voile » (Derain). Scandale ! Violence destructrice ! Le critique d’art Louis Vauxcelles baptise ce mouvement naissant, le fauvisme.

De la couleur à l’assiette : la pause gourmande

Pour se restaurer à Collioure, rien de plus simple. Voici trois restaurants parmi une offre riche et variée : Le 5e péché, gastronomie à l’influence japonaise (25 euros la formule) ; Le jardin de Collioure, installé dans le cloître du couvent des dominicains, poissons au four, à la plancha, à la braise ou en croûte (formule à 18 et 28 euros) ; La Casa Léon, spécialités catalanes, produits de la mer 100 % fraîcheur (menu de 25 à 33 euros).